Du 12 au 14 janvier 2015 : Bandar-Abbas

Bandar Abbas est notre porte de sortie de l’Iran. Il est tentant de rester sur terre tout au long d’un tel périple. C’est même pour coller au sol que nous sommes partis à vélo. Mais arrivés en Iran, nous devons choisir où passer. L’Asie tourne autour d’un gros pilier nommé Himalaya. Contre ce pilier, l’Afghanistan est terre de far-east impossible à voir. Au nord les pays en -stan, la route de la soie, les terres de Timour et d’Alexandre. La route était tentante mais difficile en hiver et en couple. Au sud le Balouchistan, que certains traversent en bus. Il y a quelques temps un cyclo traversait sous escorte, six soldats. Des bédouins l’ont attaqué et des soldats ont été tués. Impossible. Il nous reste donc à voler pour éviter les fous furieux. Nous prendrons le bateau pour Dubaï depuis cette ville du détroit d’Ormuz.

***

Le temps est nettement plus chaud sur le golfe persique. Même en hiver, au zénith on peut facilement se mettre en manches courtes.

***

De nombreuses villes s’appellent Bandar-quelque chose sur la côte.

***

Bandar est les des plus grands ports de la côte sud de l’Iran. On y rencontre toutes les populations des environs : baloutches en habots nomaded, tuniques et toques blanches (pour les hommes) ou en hijab noir intégral (pour les femmes), indiennes en sari, noirs descendant paraît-il des anciens esclaves, quelques arabes d’Oman ou du Yémen.

Les curiosités de la ville regroupent d’ailleurs un temple hindou.

***

Certaines femmes portent un masque bizarre.

***

Sur l’île de Qeshm, la construction bat son plein. C’est une zone franche et centres de conférence et immeubles de vacances sortent de terre.

***

Dans un restaurant de bord de mer, les femmes ôtent leurs foulards et trempent les pieds dans l’eau. Espace de liberté.

***

Dans le terminal d’embarquement du port, nous rencontrons cinq cyclistes allemands qui viennent de faire un trip de 10 jours de Shiraz à Bandar et un français à vélo parti depuis … deux ans et demi.

***

L’embarquement est long et fastidieux puisque le lecteur de codes barre tombe en panne. Un enfant craque et pleure, Élise tente de faire rire le petit avec sa sonnette.

***

Les iraniens sont très intéressés par ce que nous pensons de leur pays et de ses habitants, rien ne rend plus triste certains d’entre eux que la mauvaise image qu’ils peuvent avoir.

2 Commentaires sur “Du 12 au 14 janvier 2015 : Bandar-Abbas

  1. Vous avez oublié de préciser que c’est Elise qui a planter la machine du port. 2 heures de retard… Merci Elise ! 😀

  2. merci merci mille fois pour votre carte, un énorme plaisir de recevoir de vos nouvelles autrement que par l’ordi, moi qui suis très peu douée avec cet instrument, votre écriture nous a fait énormément plaisir. Comme d’habitude nous vous souhaitons un tas de bonnes choses et surtout faites attention à vous. Le monde est fou en ce moment dommage… Nous suivons toujours avec plaisir votre périple, et pensons que tout ce que vous allez découvrir sera aussi beau que ce que vous avez déjà découvert. Petits croissants et champagne toujours a disposition et plus naturellement. Bonne continuation et bisous BRAVO Marcel et Corine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *