La route vietnamienne, 7 et 8 juin 2015

La route vietnamienne nous semble être l’une des plus dangereuses jamais fréquentées. Dernièrement l’Inde était chaotique mais lente, la Thaïlande rapide mais avec des routes larges. Ici les scooters innombrables sont parfaitement inconscients de notre existence. Ils déboîtent de notre droite sans jamais s’arrêter, même s’ils nous ont vus, peu craintifs eux-mêmes pour leur propre sécurité. Les camions, bus et minibus klaxonnent et s’imposent à toute vitesse. 

***

D’énormes camions transportent des conteneurs du sud au nord, du nord au sud, tout le long de la croupe du dragon Viêt. Ils semblent tout droit venir des Etats-Unis par leur gabarit et leur décoration. Mystère.

***

Les vietnamiens sont sensiblement plus durs avec nous que les Laos ou les Thaïs. Et ça ne s’arrange pas en partant au nord. Ce midi, la tenancière essaie de nous facturer les beignets le double du prix alors que celui-ci est affiché en gros sur le mur, inratable. Prise en flagrant délit, elle se contente de fuir la conversation au lieu de mimer une erreur malencontreuse. Héritage de l’histoire coloniale, de la guerre ?

***

Tout nuage est béni pour nous, le soleil darde ses rayons au travers des énormes cumulus.

***

Un scooter, serré par un camion, bouscule Florian dans le dos. Sa conduite inconsciente ne lui laissait rien d’autre à faire.

***

Nous nous arrêtons au bord de la grande route, en rase campagne. Pour le massage du soir, Elise bénéficie des soins d’une masseuse visiblement apprêtée pour d’autres activités. La pauvre se sent gênée quand elle lui détend les muscles.

Un commentaire sur “La route vietnamienne, 7 et 8 juin 2015

  1. Que de temps passé depuis ma dernière venue sur votre site.
    J’ai tellement de retard sur vos chroniques que je vais y passer la nuit…

    Bisou de nous 3 (enfin 4 avec Popsy)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *