Quand la géographie et l’histoire rentrent par les jambes

Histoire-Géographie

Cheminer à vélo, c’est mesurer chaque jour la force physique nécessaire pour aller d’un point à un autre. Et c’est donc prendre toute la mesure de l’énergie que les hommes de tout temps ont du mobiliser pour accomplir leur oeuvre, cultiver la terre, voyager ou faire la guerre. Aujourd’hui grâce au moteur à explosion, il est plus facile de fournir cette énergie et de passer certains obstacles. Revenir à la traction de nos muscles est donc le plus sûr moyen de comprendre comment la géographie et en particulier le relief a façonné les hommes et l’histoire.

Celui qui a parcouru la grande plaine hongroise du Danube, aujourd’hui consacrée à la maïsiculture comprend que les magyars sont bien un peuple venus des steppes s’établir sur cette grande étendue plate d’Europe centrale. En montant et descendant sur la rive sud du Danube, à la sortie de Belgrade, on peut admirer au nord cette plaine et mesurer toute la rudesse de cette barrière naturelle, fleuve suivi de collines, qui délimite les Balkans montagneux où se sont établis les slaves du Sud. Au nord de la Serbie, une minorité hongroise peuple encore la Voivodine, la province au nord du Danube. Les magyars dans la plaine et les slaves sur les collines, deux peuples liés à leurs reliefs, indéfectiblement.

Celui qui a traversé les Vosges par un col ou le long d’un canal, puis est allé faire un tour en Belgique, comprend pourquoi les armées sont rarement passé par là pour envahir le voisin. L’Alsace, province fertile coincée entre deux barrières naturelles, les Vosges à l’ouest et le Rhin et la forêt noire à l’est, a été souvent échangée à la suite de combats qui se sont déroulés ailleurs. A chaque conflit, l’un ou l’autre des partis pouvaient en effet installer confortablement sa ligne de défense sur une crête ou une autre, comme sur « la ligne bleue des Vosges », sans crainte de la voir enfoncée.

C’est une autre paire de manche pour le plat pays, qui constitue un boulevard pour toutes forces d’un pays ou d’un autre. C’est ainsi que les marches du nord-est de la France ont été balayées et rebalayés, pendant la guerre de Hollande, les cinq sièges de Maastricht (d’Artagnan trouva la mort lors de l’un d’eux), la révolution française, Waterloo, 1870, le plan Schlieffen, la blietzkrieg et Marketgarden. Depuis que les armées sont motorisées, on a réussi l’exploit de passer par les Ardennes, un peu plus élevées et surtout boisées, mais par les montagnes entourant l’Alsace, il n’est a pas encore été question.

Celui qui a parcouru la plaine du Po, billard gras et fertile entouré des Alpes et des Apennins, comprend bien pourquoi cette terre de Cocagne, à la fois au bord de la France, du monde allemand et du monde italien, a été le terrain de jeu privilégié de tous les rois d’Occident. Le Piémont a été pendant des siècles le ring où s’affrontèrent papes et empereurs germaniques. Et les français n’étaient pas en reste, depuis Pavie jusqu’Arcole. François Ier a trouvé l’inspiration en Italie pour les châteaux de la Loire, quand il y a été fait prisonnier. Quand on est descendu des montagnes pour parcourir à toute vitesse cette étendue plate comme une patinoire, l’évidence s’impose que le brave souverain ne risquait pas de puiser son inspiration dans les chalets d’alpage où il aurait bien eu du mal à monter avec son cheval et sa troupe.

Ils nous restent à découvrir le sort des slaves du sud, posés dans les montagnes entre orient et occident, la position stratégique de Constantinople ou comment les déserts orientaux ont façonné les peuples.

Tous les professeurs d’histoire devaient avoir marché, pédalé ou à la rigueur cheminé à cheval pour jeter à leur retour un regard nouveau sur leurs chroniques et sur leurs cartes.

3 Commentaires sur “Quand la géographie et l’histoire rentrent par les jambes

  1. Merci pour tous les commentaires historiques et géographiques que vous faites lors de votre parcours. Et, effectivement, l’utilisation du pédalier permet de mieux ‘apprécier’ les différents paysages.

  2. bon route et merci pour vos commentaires. Espérons que le beau temps vous accompagne. Il a neigé cette nuit sur la Tournette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *