Mercredi 8 octobre 2014

Travnik

Nous quittons Donji Vakuf pour Travnik, en chemin, nous observons dans certains villages de drôles de graffitis sur les pancartes d’entrée : le nom est inscrit couramment en alphabet latin et en alphabet cyrillique dans ce pays, mais parfois le nom en cyrillique est raturé dans cette partie de la Bosnie, signe des tensions entre musulmans et serbes.

***

Profil de trajet facile à décrire : un col et une descente sur Travnik. Nous arrivons en début d’après-midi dans cette ville historique.

***

Travnik était la capitale des gouverneurs de la Bosnie ottomane, lorsque les Balkans étaient sous la domination des turcs. Elle est surnommée la ville des vizirs et compte de nombreuses mosquées, parmi les plus anciennes de Bosnie.

***

Couramment, une ville, même de petite importance, compte plusieurs minarets, nous aurons l’explication plus tard : les muezzins n’utilisant pas les cloches mais la voix pour l’appel à la prière, il était nécessaire qu’un minaret prenne le relais lorsque s’éteignait la voix de l’un d’eux.

***

L’influence turque est omniprésente dans la cuisine, nous déjeunons, comme nous le faisons souvent depuis quelques jours, des grillades et des pitas.

***

Nous déambulons dans la ville, visitons la mosquée multicolore (sarena dzamila) juste avant que la prière de l’après-midi s’y déroule.

***

Travnik est une ville historique qui abrite une madras (école religieuse musulmane) et un lycée catholique.

***

Au coin d’une rue, nous voyons sur un mur un tag Never forget Sebrenica juste à côté de l’échoppe d’un commerçant d’un style particulier : sa barbe et son pantalon rentré dans ses chaussettes indique tout du salafiste, nous n’en croiserons jamais plus heureusement.

***

Nous visitons le fort ancien surplombant la ville et admirons la forêt des minarets sous le soleil couchant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *